Lettre-autographe-signee-journaliste-propos-654ee0a8-e635-4eb9-92c8-d2b16af3f566
  • Librería: Librairie Feu Follet (Francia)
  • ILAB-LILA Member
  • Año de publicación: 1950
  • Sugetos:
  • Dimensiones: 21x27cm
  • Peso del envío: 100 g
  • Encuadernación: une feuille

Notas Bibliográficas

s.l. s.d. (circa 1950), 21x27cm, une feuille recto-verso. - s.l. s.d. (circa 1950), 21x27cm, une feuille recto-verso. - Lettera autografata firmata da una mezza pagina in cui Michel Mohrt annuncia la sua indisponibilità, per motivi di salute, di andare alla direzione di un giornale per modificare un articolo che ha dato e in cui ha represso François Mauriac . Michel Mohrt deplora la sua immobilità a causa del suo stato di salute: "Una leggera influenza (probabilmente presa durante la sessione di poesie sabato: non mi prenderò il controllo!) Costringendomi a mantenere la stanza, che lo richiede chiedere al suo corrispondente "di modificare una frase del mio articolo". Articolo in cui attacca François Mauriac e il "Figaro" (di cui è stato editorialista dal 1946 al 1953)   mentre evoca in filigrana gli oltraggi del polemista e politico Victor Hugo : "Guernsey è un luogo più ispirato del forte del" Figaro "Ma qui c'è speranza. Rammaricandosi di questo tono acido e perentorio, Michel Mohrt vorrebbe temperare le sue parole e la sua visione delle cose : "È quest'ultima frase che vorrei cambiare. In effetti, sembra che auguro a François Mauriac le stesse disavventure - prigione, prescrizione, esilio - che tanto desiderava per gli altri - ho più carità di così - comunque questa frase è un po '"sharia", come si suol dire, vorrei trasformarla così: "Ma qui tutto è possibile ... "   [FRENCH VERSION FOLLOWS] Lettre autographe signée de deux pages dans laquelle Michel Mohrt s'explique et se dédouane de l'impossibilité pour le journal de publier un article qu'il a pourtant écrit et qui est prêt depuis l'avant-veille, faute d'un grand retard indépendant de sa volonté. "Il est onze heures, et le cycliste de XXème siècle qui devait venir chercher mon article hier matin, puis hier après-midi, n'est pas encore venu. Il y a donc de grandes chances pour que cet article ne parvienne pas à temps pour le N° de jeudi. Il était pourtant prêt depuis dimanche soir." Il s'excuse et s'explique qu'en raison de sa fragile santé monentanée il ne l'ait pas porté lui-même au journal, puis s'étonne, nonobstant ses initiatives, que l'article ne soit toujours pas parvenu au journal : "Je suis pourtant descendu hier matin téléphoner (malgré un peu de fièvre) pour demander qu'on vienne prendre le papier... J'ai fait retéléphoner hier, dans l'après-midi... Je n'y comprends rien..." "Je m'excuse... mais vraiment il n'y a pas de ma faute..." Ensuite, il requiert auprès de son correspondant et ce, pour l'éditeur Robert Laffont, deux places pour assister à la représentation de la dernière pièce de Federico Garcia-Lorca : "La maison de Bernarda Alba" et lui demande, le cas échéant, d'avertir le secrétariat de Robert Laffont de la disponibilité de ces deux places qui ont été sollicitées. Enfin, Michel Mohrt indique, dans un post scriptum tout empreint de pugnacité et d'espoir, sa ferme volonté de voir l'article tant désiré arriver à bon port malgré l'imminence de la date butoir de la mise sous presse : "J'espère pouvoir faire porter l'article cet après-midi. Mais parviendra-t-il à temps?"  

Gastos de envío

Gastos para el envío en Italia

  • Correo certificado 16
  • Mensajería 25
  • Si este artículo es pesado o está fuera de formato, el librero te informará de los costes adicionales.
    Derechos arancelarios: Si tu pedido es revisado en la aduana, la entrega puede retrasarse. Si es necesario, tendrás que desaduanar tu pedido, previo pago de los derechos arancelarios.